Programme Equateur

 Mise en sécurité de l’hôpital León Becerra de Guayaquil

Au mois de juin 2015, la « Benemerita Sociedad Protectora de la Infancia » sollicite Pompiers Solidaires afin d’avoir un point de vue d’expert sur le niveau de sécurité de l’hôpital León Becerra de Guayaquil en Equateur.

                                                                                                             Façade principale de l’hôpital León Becerra.

L’Hôpital León Becerra est une association à but non lucratif qui s’adresse à des familles de classe socio-économique moyenne et basse, vivant dans les zones les plus vulnérables de la ville de Guayaquil. C’est le premier hôpital écologique en Equateur, il a reçu la certification de l’organisation américaine Certified Green Partners en 2014. Cette certification a permis à l’hôpital de rentrer progressivement dans les normes des Ministères de la Santé et de l’Environnement équatoriens concernant la gestion des déchets hospitaliers, les économies d’énergie, la gestion des risques… Ce projet fait de lui un hôpital novateur dans le pays, puisque ces préoccupations sont peu considérées ici. Il y a bien sûr encore des progrès importants à faire et l’hôpital a besoin de soutien dans ce domaine.
Les prochains grands défis en la matière concernent notamment la gestion des risques et la mise en œuvre d’un plan de contingence et d’urgence, l’installation d’un système contre les incendies, la formation du personnel sur les risques…Pompiers solidaires qui a déjà  soutenu des programmes de formation pour la prévention des risques en Amérique Latine a donc, tout naturellement, répondu favorablement pour accompagner l’hôpital dans un tel projet.
L’hôpital León Becerra de Guayaquil a été construit en 1944 et n’a depuis subi que très peu de travaux de réaménagement. Jamais la sécurité n’a été prise en compte et, lors de sa dernière inspection, le corps des pompiers de Guayaquil a mis en demeure l’établissement de se mettre en sécurité en émettant de nombreuses prescriptions se basant essentiellement sur les normes nord-américaines. Les travaux ont fait l’objet de devis supérieurs à 400 000 dollars. Cette somme n’est pas supportable par l’institution.
Une équipe constituée d’un expert en sécurité incendie dans les établissements recevant du public (ERP) et de deux formateurs incendie s’est donc rendue sur place du 20 février au 6 mars 2016.
La visite approfondie de l’établissement a relevé de nombreuses anomalies.